21 Fév

Dans un article paru en janvier, le magazine Famille et Education met en lumière les différentes facettes de l’enseignement professionnel.

Le bac professionnel est, aujourd’hui, le deuxième bac le plus passé en France avec des candidats toujours plus nombreux. Malgré tout, le lycée professionnel a souvent mauvaise presse auprès des parents. Comment réagir si le conseil de classe vous propose cette voie pour votre enfant après la 3ème ? voici quelques pistes de réflexion.

L’enseignement y est plus concret

L’enseignement général diminue tandis que les matières professionnelles occupent 50% de l’emploi du temps. Les élèves ont des travaux pratiques, vont en ateliers, en laboratoires, en salles informatiques, se frottent à la réalité de l’entreprise par le biais de stages (vingt-deux semaines réparties sur trois ans). Résultat : nombre de jeunes retrouvent de la motivation. « Si un élève nous arrive en seconde en pensant qu’il est nul, nous commençons par le valoriser », affirme Danièle Roussillon, Directrice du lycée professionnel EME, à Marseilles.
« L’urgence est de lui démontrer qu’il a de vraies compétences. »
La recette ? Ne plus faire des notes une priorité, s’adapter à son rythme et être à l’écoute grâce à un accompagnement personnalisé.

Jean-Louis Baudier, directeur du lycée professionnel Marc Seguin, à Annonay (07), en est, lui aussi, persuadé : « C’est, d’abord, en redonnant confiance, à un jeune qu’on a des chances de le faire rebondir. »

L’offre de la formation est variée
Il existe aujourd’hui 100 bacs professionnels, répartis dans de très nombreuses spécialités, qu’elles soient industrielles, tertiaires ou agricoles. Aussi, dès lors qu’on s’engage dans cette voie, il est préférable de bien réfléchir à son projet en amont. Le site de l’ONISEP est une mine d’informations, mais il faut aller plus loin : se rendre, notamment, aux journées portes ouvertes des lycées pour y rencontrer des enseignants et des élèves. Autre possibilité offerte par de nombreux lycées professionnels : le mini-stage d’une ou d’une demi-journée pour les élèves de 3ème (voire de 4ème) qui en font la demande.

Des changements d’orientation sont envisageables
Les textes prévoient, désormais une période de consolidation de l’orientation. Jusqu’à la Toussaint, un jeune qui se serait trompé de secteur professionnel peut demander à en changer. Prudence quand même… Si la nouvelle spécialité est préparée dans le lycée, la réorientation se fait sans problème. Si elle ne l’est pas, il faut trouver un autre lycée d’accueil et là, tout dépendra des places disponibles. Enfin, après une seconde professionnelle, il arrive que certains lycéens repartent vers la filière technologique pour rentrer en première technologique. Là encore, attention : cette possibilité est réservée à des élèves dont les bulletins de seconde pro sont excellents.